Mes cheveux

Je ne sais pas quand mes cheveux sont devenus une affaire nationale !

Des peuples qui se sont mis d’accord pour ne jamais être d’accord, ils se disputent sur les points plus décisifs de leurs affaires … Ils se sont tous joints dans ce but sacré…

Nayala doit couper ses cheveux !

Je m’appelle Nayala … et l’histoire est que le jour de ma naissance, ma mère a décide de me nommer d’une manière folle et insensée … comme si elle prévoyait ce que son fils serait …

Ma mère a obtenu une carte géographique et elle a demandé à une petite fille “damnée” de passer son doigt sur la carte et … je porterai le nom du pays où elle s’arrêtera …

Je remercie Dieu que la fille ne s’est pas arrêtée en Afghanistan …. Mais elle a jugé que je resterai à jamais attaché à un nom que je déteste parfois, je ne le connais pas très bien peut-être, j’essaie de le fuir quelques fois … mais il restera mon nom pour toujours …

Elle a jugé que je serai “Nayala” …

****
Vraiment, je ne sais pas quand mes cheveux sont transformés d’une simple caprice à une affaire décisive.

Ce que je sais c’est que maintenant, je prends un grand plaisir en les provoquant. Je sens la joie de la victoire chaque fois que j’entends leurs opinions et leurs analyses éminentes.

C’est une entité si fragile, si délicate et illusoire celle qui est agitée avec quelques poils sur la tête de Nayala.

“Man !! Mais laisse ces gestes des esclaves”

“Ce ne sont pas les gestes des fils des Arabes, les ancêtres du prophète”

“Tu sais que Dieu n’acceptera pas tes prières avec tes cheveux comme ça”

“Tu vois ce @#!$!@#$ là bas… Que Dieu nous préserve”

“Qu’ils aillent au diable, ils ont rempli notre pays … Que Dieu nous préserve musulmans”

“C’est un Habashi ou quoi??”

Ah si j’avais été un Habashi …

Mais la petite fille damnée a jugé que je serai Nayala … que je l’accepte ou pas

****

Je me suis habitué aux gens qui me regardent au niveau des cheveux en me parlant.

La vérité c’est que moi aussi je les regarde avec mes cheveux, qui sont devenus des yeux qui contemplent tout le monde, sous des angles que je ne connaissais pas avant.

Mes cheveux m’ont beaucoup appris, et m’ont donné plus que je leur ai donné. Ils sont devenus une existence inséparable de l’existence du Nayala.

Ils m’ont appris à être fier d’eux, parce que c’est moi qui les ai crées, qui les ai élevés et les ai protégés. Et maintenant, ils me recréent, ils m’élèvent et me protègent.

Je n’ai plus besoin d’un Cheikh, d’un ancêtre ou d’un sale proxénète, ou même d’un livre extraterrestre pour en être fier ni pour utiliser cacher une saleté et une faiblesse auxquelles je n’ai pas le courage de les confronter.

Je suis totalement tolérant avec ma faiblesse et ma saleté… Et je connais comment les battre … Merci de m’avoir appris tout cela.

Je suis fier de vous … et je vous rendrai fier de moi.

****

La première leçon: L’homme est un animal qui se rebelle

S’il oublie cet instinct … Il devient simplement un animal.

Mes gens révoltent. Ils ne sont pas encore affectés par la contagion de la soumission totale.

Le problème c’est qu’ils se rebellent contre un proxénète pour tomber dans les bras d’un autre. Comme s’ils s’étaient adonnés à ce sale métier.

Une prostituée qui se rebelle … mais elle est lâche, elle craint un avenir qui sera sûrement plus brillant que son passé noir … Alors elle tombe dans les bras du plus proche proxénète et quand il la viole … Elle crie “Je suis une victime!”

Une victime … peut être … mais tu es la seule fautive!

Je ne sais pas combien de souteneurs, d’ivrognes et de salauds tu as besoin, pour comprendre que tu dois te rebeller seulement contre toi même pour te libérer toi-même.

Tu dois libérer tes cheveux et courir contre le vent. Ne crains pas de tomber car tu sais que tes chutessont les tiennes, et ils ne vont que te donner plus de puissance, de ténacité et d’espoir.

L’important c’est de courir avec toute la colère que tu as …. Contre le vent.

N’écoute personne qui veut t’enseigner le chemin… C’est toi seule qui le sait…

Tu les as entendus avant … et maintenant c’est le moment pour n’ écouter personne … sauf tes cheveux

Rebelle-toi !!

****

Pourquoi mes cheveux se sont transformés d’un simple caprice en ma seule affaire.

À cause d’une fille certainement. Qui d’autre peut émietter une roche avec un regard!

Une fille qui m’a bouleversé, m’a fait tourner la tête, elle m’a vraiment fait tremblé.

La première fois que je l’ai vue j’ai su que Moi, je ne resterai plus Moi.

Très belle, svelte. Quand elle sourit, les portes de l’inconnu s’ouvrent à ta face. Tellement élégante et tellement simple. Ses yeux bleus sont de telles rivières, de telles mers et tels océans que tu ne vas jamais connaître leur secret.

Mais moi, j’ai découvert le secret !

Ses Cheveux …

La longueur, la couleur et … la liberté

Je l’épiais en courrant devant moi … Ses cheveux volaient sur ses épaules avec une telle joie, une telle enfance et un tel charme. Comme si elle voulait irriter toutes ces filles qui ont honte de leurs cheveux et les cachent … Les irriter avec sa liberté.

Sa liberté – comme elle me l’a appris– elle ne l’as pas reçue par héritage ou par privilège, elle a beaucoup souffert pour l’atteindre, elle s’est révoltée, rebellée, elle a couru contre le vent, elle est tombée plusieurs fois mais chaque chute lui a donné plus de force, plus de gloire et plus de splendeur.

Merci de m’avoir enseigné ton secret.

Ma fille s’appelle … Paris.

****

Paris la putain … Paris l’athée

Paris, tu es ma fille quoiqu’ils disent … Je sais qu’ils te détestent parce qu’ils ne sont pas comme toi, ma belle … Parce qu’ils craignent de libérer leurs cheveux comme tu le fais … Parce qu’ils ne peuvent pas vivre sans un souteneur, mais toi … toi, tu es libre

Tu m’as embrassé … je ne sais pas si j’ai accepté ou si c’était par force … l’important c’est que le nectar de tes lèvres est resté et aucune fille dans le monde ne sera capable de l’effacer

Tu m’as embrassé et tu t’es enfuie … Tu m’as laissé troublé toutes les nuits … J’examine mes lèvres pour m’assurer que le goût du nectar est encore là …Oh, Que je crains de le perdre !

Je sais que je vivais en paix et heureux avant de te rencontrer … mais c’est un repos que je ne souhaiterai plus … C’est un repos de tombes.

Je sais que tu es une fille taquine …. Tu ne seras jamais la mienne … et moi aussi, je ne serai jamais pour toi, car la fille damnée m’a jugé d’être Nayala

Je sais que je ne suis pas le premier ni le dernier dans le fil de tes amants …

Mais C’est moi seul qui ai découvert ton secret.

Paris n’est à personne … Paris n’est jamais possédé … Paris ne peut être ni à Nayala ni à n’importe qui …

Nayala doit libérer ses cheveux, il doit courir contre le vent … et il doit se rebeller…

Nayala doit créer sa Paris.

****

À la fin de ce chemin, Paris m’attend …

À la fin de ce chemin, un nouveau Nayala m’attend.

Mais la route est pleine de dangers, de trappes … et de proxénètes.

Un proxénète laid qui tient le Coran dans un main et une bouteille de vin dans l’autre …

Un proxénète bavard qui compte ses prostituées … Un, Deux, Trois … et Trois se divise en Un, Deux …

Et un autre qui est ravi et enivre, chaque fois qu’une de ses prostituées embrassent … sa main

Et un autre qui est sorti de sa tombe, Pourquoi pas? Le club de proxénètes ne ferme jamais ses portes tant qu’il y a des prostitués et des putains dans le monde.

Ils se sont tous réunis pour un seul but … Nayala ne doit pas atteindre sa Paris. Pour que le plus ancien métier du monde reste pour eux.

Et derrière ces proxénètes, restent des milliers de prostitués et prostituées … des drogués

S’ils avaient su qu’à la fin de cette route, la plus belle femme du monde les attend … Ils auraient détruit le temple sur les têtes des proxénètes.

Mais Nayala a pris sa décision …

L’homme est un animal qui cherche sa Paris … S’il l’oublie, elle l’oubliera de même, et il restera un animal pour toujours…

Et Nayala a décidé de ne plus être un animal.

****

J’ai décidé …

Mes cheveux sur mes épaules, le drapeau dans ma main … et le nectar sur mes lèvres …

Le chemin est effrayant mais je convaincrai ma peur … car une des choses que ma fille m’a appris est que la crainte de la souffrance est pire que la souffrance elle-même …

Je souffrirai, car à la fin de ce chemin … elle va m’attendre.

Le premier des proxénètes s’est approché “Mon fils … Au nom de Dieu, coupe tes cheveux et retourne toi … Retourne au nom de Dieu”

Et est-ce qu’il y a un dieu qui a besoin d’un proxénète pour parler en son nom ??

Je connais très bien cette voix … Je te connais très bien Monsieur

Tu as violé Nayala une fois … au nom de ton Dieu !

Ça ne m’intéresse pas combien de serviteurs tu as absenté … Combien de fois tu as joué avec le nom de Dieu pour garder tes bordels …

Moi, je me souviens bien mon Dieu… Et pour lui, je prie…

Ton dieu est un dieu de viol, de guerre et de famine…Le notre est un dieu d’amour et de la paix …

Notre dieu est un dieu de révolution pas de soumission … de rébellion pas d’obéissance … un dieu de révoltes pas un dieu de proxénètes …

Mon dieu attend que j’arrive à ma fille … Et si je tombe, il m’emmenera chez elle …

Je connais bien mon dieu … Ne parle plus en son nom, dissolu !

Mon dieu m’a ordonné de libérer mes cheveux et de courir contre le vent corrompu … vers mon destin.

Ton dieu est un dieu de répression, de seigneurs et d’esclaves … Moi, mon dieu est un dieu de liberté … Fraternité … et Egalité.

Contre le vent, je courirai … Mes cheveux sur mes épaules … Je compte sur eux.

****

J’ai ressenti mes lèvres pour m’assurer que le nectar était encore là et pour me donner l’intention de poursuivre ce chemin.

Je me suis approché d’un groupe d’hommes qui ne m’a pas aperçu …

Ils semblaient occupés au partage des ruines d’un certain bordel.

Soudain, un d’eux m’a aperçu … Il crie “Arrête … Arrête au nom de ton père !”

Les proxénètes se disputent, se querellent mais il y a toujours une chose qui les joint … Empêcher Nayala d’arriver a Paris.

Car, avec Paris, il n’y a pas de bordels … Avec Paris, même les prostituées se sont débarrassées des chaînes des proxénètes.

Il crie encore “Au nom de ton père, arrête !”

Et quel genre de père est celui qui jette ses filles dans les bras du plus sale des proxénètes … Il crie et hurle, puis il serre la main à son violeur.

Quel genre de père est celui qui vend l’honneur de ses enfants pour ramasser les miettes des tables.

Auparavant je t’ai écouté et je suis resté dans un âge trébuchant dans les ruelles antérieures…

Maintenant, j’ai décidé que je vivrai sans un père. Paris seul sera mon père, ma mère et mon espoir.

Merci à Paris qui m’a appris d’être fier de mes cheveux seulement … car c’est moi qui les ai créés …

Je n’ai plus besoin d’une descente, d’une histoire ou de pères …

Mon histoire a commencé le jour où j’ai décidé que vivre comme un orphelin est mieux qu’être le fils d’un proxénète.

Le premier proxénète est retourné compter ses prostituées … Un, Deux, Trois … et Trois se divise en Un, Deux …

Et l’autre s’enivre d’une des prostituées embrassant … sa main

Et le troisième est retourné à sa tombe.

Et moi, j’ai continué mon chemin … Contre le vent … Mes cheveux sur mes épaules … et sans aucun souvenir de mon père.

*****
L’un des drogués a crié “Retourne … espèce d’esclave !”

Une foule énorme a répété “Esclave … Retourne, espèce d’esclave !”

Ma fille m’a averti qu’un de ces drogués est plus dangereux qu’une dizaine de proxénètes…

Je ne leur répondrai pas, le chemin est très long et je crains de perdre le nectar si je ralentis.

Messieurs … Esclave est celui qui échange son droit de vivre propre et accepte la résidence des bordels et des ruelles sales jusqu’à ce que la saleté devienne une partie de lui même …

L’esclave est celui qui embrasse la main de son souteneur et s’enivre comme s’il ne pouvait pas vivre sans une main sale dans sa bouche …

Et celui qui appelle son souteneur, Mon Seigneur! Comme s’il n’avait pas la force de vivre sans seigneurs.

Et ce drogué qui suit son souverain au nom d’un livre extraterrestre … Et il oublie que son souverain est un illettré …

L’esclave est celui qui ne peut pas vivre sans un souteneur … mais Nayala, Nayala est libre !

L’esclave est celui qui sait que sa fille l’attend, mais qui n’ose pas à commencer (prendre) son chemin …

Les esclaves sont les drogués … qui s’ils savaient que la plus belle fille du monde les attend à la fin de cette route, ils détruiraient la temple sur les têtes de tous les souteneurs.

Je continuerai mon chemin … Car avec Paris, il n’y a pas d’esclaves et de seigneurs … des Ashrafs et des Khadams

Tous les hommes sont égaux pour ma fille et celui qui veut son cœur, il doit lui donner le sien avant …

Ma fille ne s’intéresse pas à mon origine, à mes pères ou au degré de ma noirceur … Ma fille ne connaît comme couleurs que le Rouge, le Blanc et le Bleu.

****
J’ai continué mon chemin.

Je sens plus qu’avant que je m’approche.

Une fille très belle m’a approché …

Elle m’a appelé “Nayala !”

“Ton chemin n’est pas par là, viens et suis-moi !”

Je me suis tourné vers elle … Mais quelle fille charmante !

“Viens avec moi … À la fin de ce chemin, il n’y a qu’un mirage … Paris ne t’attendra pas”

“Ne souffre plus. Regarde là bas, toutes ces belles filles … Suis-moi et tu trouveras des dizaines de filles aussi charmantes que Paris”

Je l’ai suivi … J’ai senti mes lèvres … le nectar a commencé à disparaître … Je ne soutenais plus mon drapeau avec la même force …

Même mes cheveux semblaient voler avec le vent !

Je me tenais “Mais toutes ces filles ne sont pas à moi… A la fin de ce chemin, ma fille m’attend … Laisse moi continuer !”

La charmante m’a approché encore “Et pourquoi la souffrance Nayala … Viens et je t’emmènerai là bas où tu peux libérer tes cheveux comme tu veux, là bas où il n’y a pas de bordels ni de souteneurs … Viens Nayala !”

J’ai regardé le long chemin derrière moi … J’ai vu les foules de souteneurs, de drogués et tous les bordels que j’ai surpassés …

Je sais que ma fille est très proche … Cet air frais m’a dit qu’il est passé sur ses cheveux il y a quelques instants.

La charmante a continué “Ils ne te laisseront pas … Tu ne vas jamais atteindre le bout de cette route”

Mais Paris m’a promis qu’elle m’attendrait … et elle m’a dit que c’était le seul chemin pour avoir son cœur.

La charmante m’a approché … elle s’est approchée un peu plus … ses lèvres ont presque touché les miennes …

NON !!! Tu ne vas jamais effacer son nectar

Je l’ai poussée … Je suis retourné vite à mon chemin … en courant contre le vent corrompu et mes cheveux sur mes épaules …

La charmante a crié “Tu ne l’atteindras pas, Nayala !”

Mais je ne l’écoute plus … Maintenant, je n’entends que la voix de mes cheveux et l’appel de Paris qu’elle m’attend à la fin de cette route …

Je sens plus qu’avant que je m’approche…

J’ai couru … J’ai heurté un des drogués, il tombe, j’ai tremblé un peu mais j’ai continué…

Sur les deux côtés du chemin, une foule me regarde … dans ses yeux, des larmes de joie … ou de pitié

Et soudain … J’ai senti un coup de couteau sur mon dos “Au nom de Dieu … Tu ne vas pas arriver !”

J’ai tremblé mais j’ai continué … Mes cheveux sur mes épaules et mon drapeau dans ma main …

Et j’ai senti un autre coup “Un fils désobéissant … Tu n’arriveras jamais !”

J’ai tremblé, j’ai ralenti … mais j’ai senti plus qu’avant que j’étais vraiment proche.

Puis un des foules de drogués m’a poignardé … J’ai tremblé, je me suis arrêté … Je maintenais mon drapeau de toutes mes forces …

Puis les coups se sont déversés au nom de tous les dieux, tous les pères et tous les drogués…

J’ai fait un pas et j’ai regardé l’horizon …

Entre les foules, elle m’attendait comme elle m’a promis … Elle me regardait fière, ses cheveux volaient en toute liberté …

Elle m’a souri …

Je lui ai souri …

Je me suis assuré que le nectar était encore sur mes lèvres,

Puis …

Je suis tombé.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s